Je suis venu monter ma tonnelle dans la propriété des ruines de l'abbaye de Villers-la-Ville, dans le Brabant wallon en Belgique, pour participer au Jardin du bien-être.


Météo fraîche, mais ma tête a bien rougi au soleil le samedi.


Peu de monde, comme souvent le samedi.  Mais en plus, dans l'allée où je suis, j'ai l'impression que je suis dans un coin "oublié" où peu de visiteurs passent.  Profitant de la présence de Béatrice sur le stand, je pars voir comment ça se passe dans les autres parties du salon à ciel ouvert.  Un peu plus de monde dans les autres allées.


Je constate que le flux de visiteurs passe devant les foodtrucks, va vers le demi-carré des pagodes, repasse par les stands à boissons et nourriture et repart direct vers l'église abbatiale, direction sortie.  Nous sommes oubliés !  
Mes collègues d'allée se plaignent.  et je ressens aussi comme une barrière énergétique créée par un des exposants de mon allée.


D'ailleurs, une fois de plus, je constate ce que j'ai déjà dit, écrit, répété.  Une personne qui prétend donner des soins énergétiques à d'autres personnes doit être bien ancrée, bien centrée, bien dans son corps et sa tête, et si possible protégée, avant de donner des soins énergétiques à quelqu'un.  Et j'ai encore vu ce weekend des "thérapeutes" qui manquent d'ancrage, ne sont pas centrés, et pire communiquent leurs émotions aux personnes qui viennent les consulter.  Par chance, pour le public, il y en a quand même des bons, dans les massages sur chaise, le reïki, la kinésiologie, etc...


Le dimanche, je démarre de mon lieu de séjour à un quart d'heure de l'abbaye.  Il pleut.  8 degrés.  Et je constate des trous dans les rangs des exposants.  Le froid et la pluie, si ta tonnelle n'est pas étanche, c'est dur. Surtout si tu as de la marchandise qui s'abîme avec l'humidité. Et pour les commerçants de mon allée qui n'ont pas vendu, le calcul est vite fait, autant retourner chez soi, ce qui évite de payer un logement et d'attraper un coup de froid qui viendrait entraver le travail durant la semaine.
Je suis resté.  J'ai pris l'engagement de participer au salon en tant qu'exposant et conférencier. Je vais même aider certaines de mes voisines à changer l'emplacement de leur tonnelle pour combler les trous suite aux départs. Rester est un engagement moral pour moi.  Je suis indépendant personne physique, j'ai pris un engagement et je le respecte.  Mais je constate aussi les faiblesses de l'organisation de cette année. Et c'est à dénoncer aux responsables pour améliorer les prochaines éditions.


Et j'ai eu le plaisir de mieux faire connaissance avec ma voisine d'en face, Martine qui présente le Feng Shui, qui est complémentaire à la géobiologie.


Ce dimanche, la météo reste grise, mais sèche.  Et un peu plus de visiteurs viendront me poser des questions sur la géobiologie et autres services que je rends.


A 14:15, ma conférence "Géobiologie et Santé", que je vais tenir finalement une heure (je ne m'en suis pas rendu compte) avec une vingtaine d'auditeurs dont deux dames qui prenaient des notes.  Intéressant.  J'explique la géobiologie, l'influence du lieu sur notre santé, la pertinence des matériaux d'éco-construction, les pollutions électro-magnétiques, l'antenne de Lecher, la baguette de sourcier, certains remèdes utilisés pour corriger les maisons et appartements.


A la fin de ma conférence, je fais connaissance avec Laurence, Gary et d'autres, et c'est là que je commence à vraiment m'amuser !  C'est un public de "chercheurs", ils se découvrent, utilisent leurs capacités de clairvoyance, claire-audience, cherchent à développer leur clair-ressenti sur  les hauts lieux vibratoires.  Et l'abbaye de Villers-la-Ville est un haut lieu vibratoire.  


Nous prenons contact avec le vortex, je mesure l'aura d'une dame, qui ressent ma main sur son aura, malgré que je suis à 5 m d'elle.  On trouve le gardien du lieu.  Je fais un soin à un jeune homme, trois trous dans l'aura, des corps subtils décalés vers le bas suite à la présence de 4 entités, des méridiens et des chakras en désordre.  C'est là que vais utiliser le tellurisme thérapeutique en l'amenant vers les bons piliers pour rétablir son énergie vitale et la répartir de manière équilibrée.  En fin de journée, il a retrouvé des couleurs au visage et se sent beaucoup mieux.


Ensuite, dans le parc, exercice de recharge avec l'accord d'un énorme chêne, puis ressentir un buis avec des petites fées des bois.
Et je termine sur le stand du fabricant de tambours chamaniques où je vais encore faire un soin énergétique que je laisserai terminer par les vibrations de deux tambours.


Remballage du matériel à 18h15, juste avant que le tonnerre et les éclairs de Jupiter/Zeus se manifestent.
Je ne sais pas encore si je reviendrai dans ce jardin du bien-être avec un stand, car il faut voir si j'aurai des retombées économiques ou non.


Par contre, j'ai déjà un accord pour un autre jardin du bien-être où je serai présent dans des animations dynamiques et participatives de clair-ressenti, méditation et qi gong dans le Hainaut.


Les raisons de mon doute quant à ce jardin :
- En général, sur le week-end, c'est environ 5.000 visiteurs.  Je ne suis pas certains qu'ils ont été aussi nombreux cette fois vu la météo
- Météo fraîche, voire pluvieuse le dimanche jusque 11 h, ce qui n'encourage pas de participer à des activités extérieures
 - Fin de mois.  Ca compte pour le portefeuille de beaucoup de ménages
- Long week-end.  Ceux qui ont de l'argent sont partis à la mer, ou dans les Ardennes ou à l'étranger en minitrip
- Trop grande dispersion des exposants et mauvaise répartition des points boissons et nourritures.  S'ils étaient mieux répartis, cela attirerait les visiteurs dans toutes les allées
- Agencement du demi-carré avec les pagodes, elles sont isolées du reste du jardin bien-être, et les exposants ne se voient pas
- Au début de mon allée, "barrière énergétique" créée par un exposant non ancré, non centré, qui repoussait les visiteurs et les empêchait de venir nous voir

villers-la-Ville01

villers-la-Ville02

Villers-la-ville03

Villers-la-ville04

Villers-la-ville05